Accueil | Photos | News et Articles | Forums | Encyclopédie de la picole | Coin Caps | CapsTV | BurgBlog | Liens

Roger Moore vous invite à redécouvrir le tramway...
C’est non sans émotion que Roger Moore entreprend au clair de Lune de conter à quelques insouciants la vérité crue dans toute sa splendeur. Encore une fois, votre serviteur vous invite à lire ces quelques modestes lignes et à découvrir une autre perception de notre temps. Sans doute resterez vous quelques instants tétanisés après cette lecture car frappés en plein cœur par la justesse de ces propos. Et c’est bien là l’ambition profonde de votre serviteur...

Il n’y a pas si longtemps, je me suis essayé à commenter au sein des pages de burgbrau.com des événements divers. Notamment les déboires du transport en commun préféré des footballeurs de l’ASNL, le tramway. Mes mots, d’une violence inouïe, en ont traumatisé plus d’un. La dureté verbale employée n’était qu’un moyen de révéler la lassitude qui envahissait jour après jour le cœur des usagers de ladite machine. Cependant, il est clair que ce jugement était injustifié, car imparfaitement objectif. Pour corriger cette maladroite erreur et offrir au monde un meilleur descriptif du phénomène, j’ai enquêté pendant des mois au sein même du tramway. Pour se faire, j’ai accompagné l’un des nombreux machinistes agréer Tram Nancy. Si comme moi vous aviez un avis défavorable sur le tram, ces lignes vont changer à tout point cette interprétation erronée.

Pour mener à bien mon enquête, j’ai décidé de suivre un agent de la Connex (entreprise qui gère trams et bus à Nancy) et de découvrir son activité. Je me suis donc rendu au bureau administratif du tramway et y ai rencontré un individu à l’allure plutôt atypique. Un pack de Burgbrau sous le bras, il lisait les derniers résultats de l’ASNL en grommelant des insanités incompréhensibles. Après m’être présenté j’expliquai succinctement au gros homme le but de ma venue et l’existence du site culturel, burgbrau.com. « Burgbrau? Me demanda-t-il les yeux luisants, comme la bière la moins chère du match ? » Emballé par ma proposition, il m’invita à démarrer mon enquête chez lui, dès le lendemain matin à condition que je lui fasse parvenir un échantillon de Burgbrau. Aussi me présentai-je chez monsieur Marcel P., 46 ans, conducteur de tramway professionnel depuis 3 ans, en quête d’informations susceptibles de bouleverser les a priori et l’intolérance qui s’élève autour du bijou technologique et de ses agents.

A 11h15 pétante, madame P. en toufle et robe de chambre, m’accueillit et me pria d’accepter ses excuses : Marcel n’était pas encore levé et il régnait dans l’appartement une atmosphère de désordre. En effet, des dizaines de bouteilles en verre jonchaient le sol entre lesquels trônaient plusieurs cartons à pizza. Une conclusion me vint immédiatement à l’esprit. Si monsieur P. est encore couché à une heure tardive et s’il vit dans pareil capharnaüm c’est sans doute la conséquence de son activité professionnelle intense et harassante et des heures qu’il investie pour le bonheur de ses contemporains, usagers du tram. Marcel P. sortit soudain de sa torpeur et de sa chambre et en un temps record ouvrit le réfrigérateur et consomma en moins de 2 minutes son petit déjeuner préparé avec amour par sa femme : trois canettes de 33 Export et 2 pastis coulèrent dans l’estomac de cet homme incroyable ! C’était la confirmation irréfutable de ma pensée : monsieur P. économisait son temps en faveur de son job. Puis il me dit : «J’y vais mollo ce matin, j’ai un petit-déjeuner d’affaire».

Effectivement Marcel et moi arrivâmes au café-PMU dit « Chez Dédé » à 11h30 très précise. Il s’y déroula, dans une ambiance studieuse, la très sérieuse réunion. Entouré de ses collègues, Marcel écouta attentivement les différents orateurs. Le but de la séance était, ce jour, de déterminer le thème de la grève de la semaine prochaine. Après une demi heure de discussion engagé et difficile une idée fut conservée et admise. La semaine prochaine, les salariés de la Connex feraient grève pour bénéficier d’enveloppes timbrées déductibles d’impôts. Durant ce temps de réflexion vraiment impressionnant, je pu me rendre compte de l’effort accomplit en relevant la quantité monumentale de liquide avalée par tous ces hommes. L’effort et le travail rude auxquels ils se pliaient les desséchaient littéralement.

A 12h00 très exactement, après avoir assisté humblement à cette démonstration de force, toute l’équipe de labeur se mit à table. Là encore il n’était question que de besogne : dernière grève, dernière manifestation, revalorisation du temps de travail, achat de nouveau stylos sept couleurs pour les contrôleurs… Là aussi, je pu à loisir noter l’ampleur de l’épreuve intellectuelle devant le volume de liquide ingurgité par mes nouveaux héros : le ballet des bouteilles était ininterrompu. Au terme d’une telle activité effrénée, je ne fus guère surpris quand mon idole constata à 15h15 qu’il avait trois quarts d’heure de retard. Pareil à un oriflamme il se dressa et m’invita à l’accompagner à son poste d’œuvre : la cabine de conduite du tramway. Il est vrai, à cet instant, la gorge nouée par l’émotion, les mots me manquèrent.

A 15h32 très précise, Marcel P. et moi étions au centre du poste de commandement, le sein de seins, le lieu qui gère à peu près tout, la cabine ultramoderne de pilotage du tramway intergalactique. Il m’invita même à prendre les commandes de la furieuse machine. Je crus d’abord qu’il me faudrait des années d’étude et davantage de pratique avant de pouvoir prétendre à pareille fonction, mais mon maître sut trouver les mots pour m’apaiser. Aussi m’annonça-t-il très calmement : « Suffit de presser le gros bouton rouge là et ensuite y’a plus qu’à se laisser porter… » Le périlleux voyage commença donc. Je demeurai ébahi devant la sérénité de l’homme qui, décapsulant une canette de Burgbrau, semblait dominer la grave dangerosité de la situation.

A 17h55, la course folle pris fin. Marcel l’air réjoui m’avoua non sans fierté : « J’ai sucé cinq minutes ! » Il est vrai qu’en considérant la vitesse extraordinaire à laquelle nous évoluions je ne fus pas étonné de cet avance recordesque. Nous descendîmes de l’engin légendaire et monsieur P. m’abandonna à cet endroit. Il me dit : «Allez petit, je te laisse ! J’ai rendez vous chez Dédé. » Je n’eus guère besoin de traduction, je devinai que l’homme honorait une énième réunion de travail. Amer, je le salua et repris le court de ma vie ne cessant de penser à ce grand monsieur qui sacrifiait tout au bonheur d’autrui.

Si les larmes te viennent, lecteur, il y a que, comme moi avant toi, tu n’avais pas idée de la lourde tache qui incombe aux professionnels du tramway. Alors laisse couler les flots, laisse les couler…
roger, le 10/01/07 à 10:52
Editer la news | Supprimer la news

Commentaires
Gamble 10/01 à 16:46
A l'heure où le capitalisme est le seul mot d'ordre, où rendement et productivité ont remplacés oisiveté et branlette. C'est beau de voir qu'une poignée d'irréductibles se battent e
Gamble 10/01 à 16:46
... encore pour leurs convictions. Créons le comité de soutiens du Tram ! Envoyés vos dons en packs au réseau Stan
cheperle 09/02 à 20:02
cool
cheperle 09/02 à 20:02
super cool
cheperle 09/02 à 20:02
méga cool
cheperle 09/02 à 20:02
cool g changé de grade
rogerle 20/02 à 08:57
Cheper enfoiré casse toi de mon article

Squatteur

Nouveau compte
0 membres en ligne

Le comptoir Rafraichir
Squatteurle 13/01 à 21:47
plop
rogerle 28/10 à 20:19
Mais qu'est-ce qui se passe ici bordel ???
Gamble 22/03 à 18:25
Apéro !!!!!
Squatteurle 02/03 à 12:46
Squatteurle 04/03 à 13:04
t'es un loser bex
BeXle 04/03 à 12:43
apéro bordel!
Squatteurle 04/03 à 10:32
Alllé laaaaaaaaaaaa
Squatteurle 14/06 à 09:15
pnafbcvshcsbv, <a href="http://ww w.senkjudnwh.com&quo t;>odqvrotwyi< /a> , [url=http://www.okwd lnongn.com]xhififfiu p[/url], http://www.zarenazmx y.com odqvrotwyi
Squatteurle 14/06 à 00:11
uwxapcvshcsbv, [url=http://www.lyrr ejwmfd.com]nilykkpia y[/url]
Squatteurle 13/06 à 14:07
htfarcvshcsbv, [url=http://www.trvu xqhxwv.com]ucujaaxro i[/url]
Voir les smiley

Hébergé sur GambServer2, l'hébergement gratuit pour chouechs.